Histoires de radio

Pologne:
Guerre froide et brouillage des émissions radio.




Les activités de brouillage radio dans le pays de l'est étaient classées secrêt d'état. La Pologne lève enfin le voile sur ce sujet. Par ailleurs des photos commencent à être diffusées sur les anciens émetteurs de l'Est.



Censures et brouillage des ondes

Comme dans tous les pays d'Europe de l'est, la guerre froide a entraîné le brouillage des émissions diffusées dans les langues des pays de l'est.

En Pologne, des émetteurs diffusant les programmes nationaux ont été affectés à cette tâche, très vite renforcés par d'autres émetteurs affectés uniquement au brouillage.

Outre les tentatives de brouiller les émissions, de lourdes peines de prison étaient encourues par les auditeurs de stations étrangères. Les autorités font la chasse aux antennes et les fabricants de récepteurs radio ont été contraints de construire des récepteurs sans ondes courtes.

Les pays broulleurs se justifiait en disant que: Les émissions étaient de la propagande et que les stations de l'ouest se servaient de leurs émetteurs pour insérer des messages secrets pour les dissidents ou le personnel du renseignement, opérant à l'est.
Il faut dire que Radio Free Europe et Radio Liberty était initialement des stations financées par la CIA dans le but de combattre la guerre froide par des moyens politiques et de propagande.

L'installation du réseau.

En 1948 L'Union soviétique et les pays du Pacte de Varsovie de l' Europe de l'Est ont construit un immense réseaux de brouillage. Les principales victimes furent la BBC, Radio Free Europe, Deutsche Welle, VOA et dans une moindre mesure Radio Vatican.

L'ordre d'installation est venu de Moscou et ce sont des centaines d'émetteurs qui étaient coordonnés par le 2e département «l'Union des Ministères des Communications ».

Le jeux de chasse à la souris

Le réseau comportait des émetteurs, mais également des centres de monitoring qui surveillait l'efficacité du brouillage. La principale station polonaise de monitoring était située à environ 40 km à l'est de Varsovie.

Elle contrôlait et ajustait les fréquences des émetteurs de brouillages en URSS qui brouillaient les émissions en polonais sur ondes courtes.

Avant le début de chaque émission un ou plusieurs émetteurs étaient alloués à la fréquence d'émission. Dès que la présence du radiodiffuseur à brouiller était détectée, le monitoring activait l'émetteur.

En cours de programme, il vérifiait si le radiodiffuseur était toujours présent et s'il n'avait pas glisser de fréquence, le monitoring devait réaccorder le brouilleur sur la nouvelle fréquence.

Une chasse à la souris à laquelle se livrait volontiers Radio Free Europe qui disposait d'installations de monitoring à Munich, Shleisshein et de points d'écoute à Berlin etc.

Des centres locaux et nationaux.

Il existait 2 sortes de centres : De petits centres émetteurs, installés près des villes pour bloquer les signaux AM et FM localement dans les villes et leurs banlieue et des centres plus important pour brouiller à distance les émissions en ondes courtes.

L'insurrection de Poznan :

En 1956, lors des manifestations de Poznan, la station de brouillage radio du centre ville a beaucoup fait parler d'elle. Elle a été saccagée et le matériel jeté par la fenêtre, il y en avait pour 4 millions de zlotys. L'événement serait passé inaperçu s' il ne s'était pas produit pendant la Foire International de Poznan et sous les yeux de visiteurs étrangers.

Gliwicka radiostacja.

Parmi ces sites polonais, le plus célèbre est certainement l'émetteur de Gliwice près de la frontière allemande. Il était installé dans une tour en bois de 110,7 m qui avait été construite en 1935 et fut le déclencheur de la guerre entre les Nazis et la Pologne. Elle sera et est toujours le plus haute structure en bois.

A la libération, l'émetteur gliwicka radiostacja retransmettait les émissions de Radio Katowice. A partir de 1950 jusqu'en 1956 il a servi de station de brouillage.

1957 : La fin du brouillage ?

Le 25 novembre 1957, le gouvernement annonce la fin du brouillage systématique des radios occidentales par la Pologne. Les 52 stations de brouillage déployées sur l'ensemble du territoire polonais arrêtent leurs émissions, les émetteurs seront utilisés pour le développement des émetteurs locaux et donnera naissance 1er mars 1958, au programme Warszawa III de Polskie Radio, au départ de l'émetteur de Wola Rasztowska.

Radio Wolna Europa toujours brouillée.

Seules les émissions en polonais « Radio Wolna Europa » de Radio Free Europe continueront à être brouillées systématiquement. Pour brouiller les émissions sur ondes moyennes de RFE, la Pologne a continué a utiliser un émetteur ondes moyennes situé à Wola Rasztowska au nord de Varsovie, l'autre diffusant Warszawa III .

Changement de stratégie

1964, on parlait déjà de l'élaboration d'un nouveau plan les fréquences radio sur ondes moyennes, le travaux préparatoires devaient débuter. Difficile de demander des fréquences pour diffuser une modulation de bruit atroces pour l'oreille. La nouvelle stratégie consista à diffuser des programme de musique très déformée et a donné lieu à la création en URSS de «Ñ€Ð°Ð´Ð¸Ð¾ маяк» : Officiellement « Radio Mayak» était une station de Moscou pour les auditeurs en URSS et à l'étranger. Elle diffusait 24h/24 sur les fréquences de RFE. Ce nouveau type de brouillage a été adopté pour réduire au minimum les plaintes du monde libre contre les opérations de brouillage et ménager l'Union International des Télécommunications.

Les échanges internationaux

Le brouillage des ondes courtes était problématique. Le blocage était peux efficace et limité à quelques kilomètres de la station de brouillage. D'autres solutions devaient être envisagées.

Pour brouiller les programmes de RFE en langue polonaise sur ondes courtes, la Pologne a utilisé de 1971 à 1988 d'importantes stations de brouillage situées, entre autre, à Popovska près de Leningrad (Saint-Pétersbourg) à Kiev en Ukraine et Tachkent en Ouzbékistan. Les bandes magnétiques étaient envoyées par le radio polonaise aux différents brouilleurs. L'émission était composée de musiques polonaises avec des commentaires en polonais en fond, le tout déformé pour mieux semer la confusion et rendre l'écoute pénible.
En échange, c'est l'émetteur polonais de Heilsberg près de Lidzbark Warminski qui se chargeait de brouiller Radio Liberty ou Radio Free Europe vers d'autres pays de l'est.

Diverses études prouvent ces faits :

Un rapport suite à une triangulation réalisée par la Deutsche Bundespost indique clairement « Il est certain que les brouilleurs polonais étaient situés en Russie. Il y a des études de triangulation qui le prouvent. »

Un document d'archive de RFE/RL du 14 Juillet, 1971: « Suite aux troubles de Gdansk et dans d'autres villes polonaises, le 18 Mars 1971, l'activité de brouillage a été reprise. Après deux jours de brouillage s'est ajouté une activité de brouillage depuis de l'URSS: la modulation superposait le son de Radio Mayak déformée et de la musique pop en partie déformée.».

Un autre document d'archive de RFE / RL en date du 27 Janvier, 1982: " « Peu après le début de la loi martiale en Pologne, un brouillage intense provenant d'émetteurs situés à l'intérieur de l'URSS affecte toutes nos [RFE] fréquences en polonais. Dans le même temps, nous avons remarqué une diminution spectaculaire de brouillage sur le service tchécoslovaques. Cela indique que les émetteurs de brouillage couvrant nos programmes tchécoslovaques ont été déplacés pour couvrir la Pologne. » Les résultats de recherches de l'Institut des services de télécommunications stipule que: "Une caractéristique intéressante de la plupart des brouilleurs de langue polonaise était qu'ils ne se trouvaient pas dans les frontières de la Pologne. Par exemple, les brouilleurs qui ont été associés à des émissions de langue polonaise ont été trouvés à Leningrad ( "1G"), Tachkent ( «4F») et Kiev ( "1D") ".

L'intensification du brouillage :

Résultats de cette guerre des ondes, c'est la course à la puissance. Pour perturber les brouilleurs augmentent leurs puissance jusqu'à 500 kw. Les radiodiffuseurs se défendent, la barre des 1000kw est franchie par Radio Liberty à Playa de Pals en Espagne.

Perestroika

C'est Mikhaïl Gorbatchev qui a ordonné d'arrêter le brouillage car c'était une "dépenses inutiles d'argent" les pays satellites ont suivi.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !

Autres articles pouvant vous intéresser..

Afrique
Ascension
Burundi
Canaries
Erythree
Ethiopie
Gabon
Libye
Madagascar
Maroc
Rwanda
Sahara
Amérique
Antigua
Argentine
Bonaire
Canada
Costa-Rica
Cuba
Equateur
Etats-Unis
Montserrat
Venezuela
Asie
Armenie
Chine
Guam
Japon
Kuwait
Palestine
Sri-Lanka
Europe
Albanie
Allemagne
Andorre
Belgique
Bielorussie
Bulgarie
Chypre
Danemark
Espagne
France
Grande-Bretagne
Grece
Hollande
Italie
Lituanie
Malte
Moldavie
Monaco
Pologne
Portugal
Roumanie
Russie
Slovaquie
Suisse
Tchequie
Vatican
Océanie
Australie
New-Zealand

Légendes des photos.

- Gliwicka Radiostacja devenue un musée
- La station polonaise de monitoring
- Popovska près de Leningrad en URSS
- Balashikha près de Moscou en URSS
- L'émetteur de Kiev aide la Pologne
- Emetteurs et antennes de Lidzbark en Pologne
- Emetteur Tchèque Tesla à Wola Rasztowska
- Wola Rasztowska le brouiller de RFA de Varsovie

RDV sur Facebook.

Pour être informé des nouveaux articles, cliquez sur le bouton "j'aime cette page", ci-dessous.

Merci à tous !

J'ai réalisé de nombreuses photos au cours de ma carrière, d'autres m'ont été fournies par les radiodiffuseurs ou d'anciens collègues, que je remercie.
A défaut de crédit de l'auteur d'une œuvre orpheline, les droits réservés sont d'application.
J'invite les auteurs concernées à me contacter par mail: michel chez fremy.be .
De ce fait je ne peux donner autorisation de reproduction.