Histoires de radio

Montserrat:
Radio Antilles, de radio Andorre à la Deutsche Welle




Radio Antilles est passée des mains de Radio-Andorre à la Deutsche Welle pour finir par être détruite par l'éruption volcanique.



1960: Les Britaniques refusent au Gouvernement de Montserrat l'installation d'une centrale électrique suite au manque de rentabilité et fixe des objectifs qu'il est impossible de respecter. Au même moment débarque sur l'île un monsieur bien connu en radio:Jacques Trémoulet ( Fondateur de Radio Toulouse, Radio Andorra, Radio Africa à Tanger et Radio Continental à Madrid etc.) Il souhaite installer un émetteur pour couvrir les Antilles.
Le Chief Minister de l'île William Henry Bramble et Jacques Tremoulet font très vite affaire: ce dernier signe un contrat d'achat de 1 million de kW par an pendant 10 ans  Fort de ce contrat le Chief Minister de Montserrat repart à Londres et exige la construction de la centrale.

1963 : A.R.C. « Antilles Radio Corporation Limited » est créée par le français Guy Cominge agissait pour le compte de Tremoulet. Des studios sont installés dans Plymouth, la capitale de l'île,
Le centre émetteur est situé à O'Garro, sur le versant sud du volcan de la Soufrière, en bord de mer près de Morris. Ce centre émetteur a été monté avec du matériel de Radio Africa Maghreb qui avait quitté clandestinement la ville de Tanger.
Le but de la station était de diffuser principalement en français pour les Antilles françaises mais la station se devait d'assurer aussi des émissions en anglais, la langue de lîle.
Bien qu'indépendante, Radio Antilles entretenait des liens très étroits avec Radio Andorra : des animateurs de Radio Andorre ont également travaillé à Radio Antilles pour de longues durées ou le temps de vacances.
Publi-Ondes assure la représentation en France (publicité et studio) et sur le plan locale, la station dispose d'un bureau à Point-à-Pitre en Guadeloupe.

1968 : C'est le début de « Radio Antiloj » : les programmes en langue espagnole de Radio Antilles.

1970 : Antilles Radio Corporation est en difficulté et doit trouver un partenaire. De son côté, la Deutsche Welle tente de trouver un pays d'accueil dans cette région car elle avait signé un accord avec le Salvador mais les autorités locales ont fait échouer le projet alors que les émetteurs avaient été achetés !

1972 : La Deutsche Welle devient actionnaire. Un contrat de 25 ans est signé. En échange du droit d'installer ses émetteurs, la Welle s'engage à éponger le passif et a subsidier Radio Antilles !
La Deutsche Welle installe l'émetteur ondes moyennes de 200 kW, prévu initialement au Salvador. Le centre abrite une station de réception par satellite.
Le but de la Welle : diffuser ses programmes et rentabiliser la station en louant du temps d'antenne à d'autres radiodiffuseurs sur l'émetteur 930 kHz pendant que l'émetteur, sur 740 kHz, diffuse l'illustre programme en français.

1975 : Un émetteur ondes courtes de 15 kW est installé à O'Garro.
Parallèlement à cela, la DW s'associe avec la BBC pour exploiter un centre émetteur à Saint John sur l'île voisine d'Antigua.

1976 : Un nouvel émetteur ondes courtes est installé à O'Garro : C'est un Continental de 50 kW.

1977 : L'émetteur ondes moyennes de Radio Antilles couvre bien les îles de la Guadeloupe mais difficilement la Martinique !
Aux frais de la Welle, Radio Antilles installe un émetteur relais sur l'île Saint-Vincent. L'émetteur a une puissance de 20 kW et diffuse sur 1450 kHz depuis la baie de Chateaubelair, un village de pêcheurs à l'ouest de l'île.
A partir de cette date, le programme français est diffusé sur 740 et 1450 kHz et couvre la totalité des deux départements français de la Martinique et de la Guadeloup, y compris ses dépendances. Radio Antilles a aussi diffusé sur ondes courtes au moyen de l'émetteur de 15 kW.
L'émetteur sur 930 kHz diffusaient les émissions en anglais et espagnol et les émissions de la Welle.

1981 : L'émetteur de 15 kW ondes courtes de la Welle est retiré du service.
De son côté, Radio Antilles se voit obligé de mettre un terme à ses programmes en espagnol faute de rentabilité.

1983 : Le programme français et anglais ont été fusionnés en un service bilingue sur les trois fréquences. Impopulaire auprès du public anglophone, l'expérience fut de courte durée.

1984 : Radio Canada International utilise du temps d' antenne sur l'émetteur 930 kHz 200 kW.

1985 : Un second locataire se présente : La VOA : Voix de l'Amérique.

1986 : La British Broadcasting Corporation frappe aussi au portillon !

1988 : Le gouvernement allemand passe à la loupe les comptes de Radio Antilles Corporation, vu qu'elle fait partie et est subsidiée par la Deutsche Welle.
Résultats des investigations, la Cour Fédérale Allemande découvre un compte bancaire secret en Suisse où a été transféré plusieurs millions de dollars ! Le gouvernement fédéral estime aussi qu'il n'est pas admissible que l'argent des contribuables serve à financer Radio Antilles : une radio commerciale privée qui n'a jamais été rentable.
C'est l'heure de faire les comptes de l'expérience antillaise de la Welle:
Revenus annuel de la location BBC + VOA + RCI = +/- 1.000.000 de marks
Frais: 4.000.000 de marks d'argent publique qui sont transférés à titre de subventions, de loyers et de main-d'œuvre !
Soit un coût réel de 3.000.000 de marks par an.

1989 : Suite au scandale financier, la Welle ferme son relais et arrêter le financement de Radio Antilles.
Faute de repreneur, le gouvernement de Montserrat a acquis la station de radio au nom de l'Organisation des États des Caraïbes Orientales (OECO).

1989 : Le site de l'émetteur de Radio Antilles a été gravement endommagée par l'ouragan Hugo et les émissions sont arrêtées.

1992 : Radio Antilles a repris ses activités de radiodiffusion sous gestion du British Broadcasting Corporation (BBC), mais la propriétaire réelle est dans les mains de l'Organisation des États des Caraïbes orientales (OECO) .

1995 : Après avoir été contourné par la coulée de lave, le site émetteur de Radio Antilles à O'Garro avait été remlis en service.

Par la suite, les installation ont été démontées pour être stockées au nord de l'île. L'opération a été menée avec l'intervention d'un bateau, de camions et même un hélicoptère de secours en standby sur l'île d'Antigua. Radio Antilles réfléchissait à une installation au nord de l'île ou à une relocalisation sur une autre île.
Par la suite le centre émetteur a été totalement enterré par des millions de tonnes de débris lors de l'explosion du dôme du volcan. Les studios de Plymouth était enterré partiellement sous les poussières volcaniques. Depuis la zone est classée interdite et sous la surveillance de la police.

1997 : Le conseil d'administration liquide la société. Indépendamment de l'effet de l'éruption, les comptes de la station se dégradaient d'année en année.
 

Livre conseillé:

 

 

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !

Autres articles pouvant vous intéresser..

Afrique
Ascension
Burundi
Canaries
Erythree
Ethiopie
Gabon
Libye
Madagascar
Maroc
Rwanda
Sahara
Amérique
Antigua
Argentine
Bonaire
Canada
Costa-Rica
Cuba
Equateur
Etats-Unis
Montserrat
Venezuela
Asie
Armenie
Chine
Guam
Japon
Kuwait
Palestine
Sri-Lanka
Europe
Albanie
Allemagne
Andorre
Belgique
Bielorussie
Bulgarie
Chypre
Danemark
Espagne
France
Grande-Bretagne
Grece
Hollande
Italie
Lituanie
Malte
Moldavie
Monaco
Pologne
Portugal
Roumanie
Russie
Slovaquie
Suisse
Tchequie
Vatican
Océanie
Australie
New-Zealand

Légendes des photos.

- Le drapeau de Radio Antilles
- Montserrat pour la Guadeloupe et St-Vincent pour la Martinique
- Un des studios de Plymouth
- Timbres de la poste de Montserrat
- Les antennes OM et OC étaient en bord de mer
- La moitié de l'île est Zone interdite depuis les eruptions
- Les studios presques recouverts par les poussières
- La discothèque prête à être évacuée ne quitta pas Plymouth..

RDV sur Facebook.

Pour être informé des nouveaux articles, cliquez sur le bouton "j'aime cette page", ci-dessous.

Merci à tous !

J'ai réalisé de nombreuses photos au cours de ma carrière, d'autres m'ont été fournies par les radiodiffuseurs ou d'anciens collègues, que je remercie.
A défaut de crédit de l'auteur d'une œuvre orpheline, les droits réservés sont d'application.
J'invite les auteurs concernées à me contacter par mail: michel chez fremy.be .
De ce fait je ne peux donner autorisation de reproduction.