Histoires de radio

Grande Bretagne:
Crowborough avant la BBC World Service: Nom code Aspidistra.




Aspidistra était un émetteur radio britannique utilisé pour la propagande noire et la tromperie militaire contre l'Allemagne pendant la guerre. L'émetteur a été installé en 1942 près de Crowborough.



Une station dans un blockhaus.
La station était ultra secrète et les émetteurs se trouvaient à King's Standing dans la forêt d'Ashdown près de Crowborough. Le bâtiment de style art-déco des années 1940 se trouvait dans un abri souterrain qui avait été excavé par une unité de construction de l'armée canadienne.
Le choix du lieu n'était pas le meilleur pour diffuser vers l'Europe sur ondes moyennes mais les britanniques ne souhaitaient pas installer l'émetteur en bord de mer car si les émetteurs étaient invisibles, il n'en était pas de même pour les antennes : Composées de trois mâts haubanés de 110 m de haut, elles était une cible idéale pour la Luftwaffe.
Outre la radiodiffusion de propagande noire, ce centre devait servir à d'autres activités : Services Secrets et Foreign Office. D'autres émetteurs en ondes moyennes et ondes courtes y ont été installés. Le nom Aspidistra était donné à l'émetteur ondes moyennes de grande puissance (indicatif ASPI 1). Deux émetteurs à ondes courtes de 100 kW fabriqués par General Electric (USA) ont fonctionné sur le site de Crowborough de 1943 à 1980 : ASPI 2, ASPI 3.

L'émetteur le plus puissant du monde.
À une époque, c'était l'émetteur de diffusion le plus puissant au monde. En Europe, il était rare qu'un émetteur ondes moyennes dépasse les 50 kW.
Aux États-Unis, la station WJZ à Newark dans le New Jersey avait voulu émettre avec 500 kW et passé commande d'un émetteur à RCA. Pendant les travaux de construction, sous la pression du Congrès et de la concurrence, la Federal Communications Commission impose une limite de puissance de 50 kW à toutes les stations américaines.
RCA se retrouve avec un émetteur invendable aux USA. C'est alors que débarque Harold Robin, un ingénieur des services secrets britanniques qui propose de l'acheté pour 165 000 £.
Outre sa très grande puissance,  trois unités de 170 kW connectées en parallèle, cet émetteur avait la faciliter de changer de fréquence en quelques minutes : un avantage qu'il lui sera bien utile.

Les émissions noires de la guerre.
Pendant les raids aériens alliés, les allemands désactivaient les émetteurs radio de la zone ciblée pour éviter que les avions alliés ne s'en servent comme moyen de guidage. C'est là que l'émetteur Aspidistra entrait en action : l' Aspidistra commençait à émettre sur la fréquence hors service, en retransmettant initialement la diffusion du réseau allemand, captée sur d'autres émetteurs pour faire croire aux auditeurs allemands que la station d'origine était encore en train de diffuser.
Les opérateurs du Political Warfare Executive inséreraient alors le faux contenu démoralisant et la propagande pro-Alliée dans l'émission. Ce contenu a été jugé particulièrement efficace, car il semblait provenir de sources officielles allemandes.
Les stations de radio allemandes ont bien essayé d'annoncer: «L'ennemi diffuse des instructions contrefaites sur nos fréquences, ne vous y trompez pas, voici une annonce officielle de l'autorité du Reich » mais Aspidistra diffusait aussi les mêmes annonces, laissant les auditeurs dans la confusion. La station a aussi été utilisée pour se faire passer pour un émetteur militaire installé à Calais : « Soldatensender Calais »

Le Political Warfare Executive
L'organisme responsable des émissions n'avait rien à voir avec la BBC. Il faut savoir que cette dernière dépendait du Ministère de l'Information et ses rapport avec le ministère ont toujours été tendus ! Elle défendait son indépendance. Pour ce genre d'émissions on avait créer le PWR qui était placé sous la direction commune des Ministère de l'Information, des Affaires Etrangères et de celui de la Guerre. La station était contrôlée par une section des services secrets britanniques, le SEO : Special Operations Executive, comme pour la station « Sharq al-Adna » en Palestine.

La reconversion de l'après-guerre.
La BBC a utilisé cet émetteur sur 647 kHz à partir de 1950 pour des émissions du World Service pendant la nuit. En dehors des heures d'émissions du World, la station diffusait le troisième programme de la BBC.
Malgré son utilisation exclusive par la BBC, la station Crowborough est resté officiellement entre les mains du Foreign Office et après 1968, du Foreign and Commonwealth Office. Est-ce un réglement de compte du refut de la BBC à diffuser de la propagande?
Plus curieusement, son personnel étaient membres du « service dans fil diplomatique », qui plus tard &a été connu comme sous le nom de « département des communications du FCO » et ensuite du « département de l'ingénierie des communications du F.C.O.». Ce n'était donc pas du personnel de la BBC qui en assurait l'exploitation.
D'autres émetteurs ont été installés au fil du temps et l'émetteur original RCA a été remplacé par des unités d'ondes moyennes Doherty 250 kW, dont les sorties pouvaient être combinées pour donner 500 kW sur une seule fréquence.

Année 78, La BBC World Service prépare son déménagement.
Après la réorganisation de la bande des ondes moyennes du plan de Genève, les fréquences utilisées étaient de 648 et 1296 kHz.
Sans aucun rapport avec ce changement de fréquences, il a été décidé de transférer les émetteurs vers un endroit meilleur pour diffuser vers l'Europe. On aurait pu croire à une reprise en mains des émetteurs par la BBC, il n'en fut rien !  Le nouveau lieu d’émission sera Orford Ness

1982, la fin d'Aspidistra
Aspidistra a fait sa dernière transmission le 28 septembre 1982. L'honneur de presser la touche "off" pour la dernière fois à été réservé à Harold Robin, l'ingénieur du Foreign Office qui avait été responsable 40 ans plus tôt pour l'achat de l'émetteur aux États-Unis et la mise en place station à Crowborough.
La station a été démantelée en 1984. Deux ans plus tard, après de nombreuses modifications, le bunker qui abritait l' émetteur Aspidistra a été choisi par le Home Office pour devenir le siège du gouvernement régional en cas de une attaque nucléaire.
À partir de 1988, le service de la police du Sussex a utilisé une parties du site pour finalement l'acheter en 1996 pour en faire un centre de formation.
En 2007, le bâtiment n°3 qui abritait autrefois les émetteurs ondes courtes, a été classé monument historique au titre de «bâtiment remarquablement intact et inaltéré à travers duquel on peut comprendre sa fonction de salle des transmissions au début des années 1940».

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !

Autres articles pouvant vous intéresser..

Afrique
Ascension
Burundi
Canaries
Erythree
Ethiopie
Gabon
Libye
Madagascar
Maroc
Rwanda
Sahara
Amérique
Antigua
Argentine
Bonaire
Canada
Costa-Rica
Cuba
Equateur
Etats-Unis
Montserrat
Venezuela
Asie
Armenie
Chine
Guam
Japon
Kuwait
Palestine
Sri-Lanka
Europe
Albanie
Allemagne
Andorre
Belgique
Bielorussie
Bulgarie
Chypre
Danemark
Espagne
France
Grande-Bretagne
Grece
Hollande
Italie
Lituanie
Malte
Moldavie
Monaco
Pologne
Portugal
Roumanie
Russie
Slovaquie
Suisse
Tchequie
Vatican
Océanie
Australie
New-Zealand

Légendes des photos.

-
-
-
-

RDV sur Facebook.

Pour être informé des nouveaux articles, cliquez sur le bouton "j'aime cette page", ci-dessous.

Merci à tous !

J'ai réalisé de nombreuses photos au cours de ma carrière, d'autres m'ont été fournies par les radiodiffuseurs ou d'anciens collègues, que je remercie.
A défaut de crédit de l'auteur d'une œuvre orpheline, les droits réservés sont d'application.
J'invite les auteurs concernées à me contacter par mail: michel chez fremy.be .
De ce fait je ne peux donner autorisation de reproduction.