Histoires de radio

France:
Le Centre Radio-Électrique de Radio France à Sainte-Assise.




Dans les années 1920, les liaisons télégraphiques internationales appartenaient à des compagnies anglaises ou américaines. La France souhaitait pouvoir communiquer directement avec le monde sans devoir transiter par Londres.



Une brêche dans le monopole.
Faute de moyens, le ministère des P.T.T. lança un appel d'offre pour créer un centre radio électrique capable d'effectuer les liaisons téléphonique avec les principales capitales du monde.
Thomson-Houston et S.F.R. ( Société française radio-électrique) répondirent à l'appel et finalement, c'est S.F.R. qui remporta le concession d'état pour 30 ans. La S.F.R. s'occupait de la partie technique et créait une société d'exploitation la « Compagnie Radio France ».

Des travaux rondement ménés:
Le 9 janvier 1921, M. Louis Deschamps, ministre des Postes, Télégraphes et Télécommunications, pose la première pierre des bâtiment de « Radio France » dans Domaine des bruyères, au château de Sainte-Assise sur les communes de Seine-Port et de Boissise-la-Bertrand, près de Saint-Fargeau-Ponthierry en Seine-et-Marne. Situé en bord de Seine, le site a été choisi car il était marécageux, un avantage pour la propagation des ondes. Les travaux commencent immédiatement, il fallait amener sur le terrain pas moins de 25.000 tonnes de matériel et matériaux ! La SFR mena à bien les travaux en 18 mois, ce qui permettra un démarrage des émissions dès 1922.

Le 22 août 1922, RADIO FRANCE commence ses activités.
Le rôle de la Compagnie Radio France fut très importants dans les liaisons sans-fil avec certaines protectorats comme le Maroc, les pays européens : Londres, Madrid, Prague etc.. et les liaisons à longues distances vers les quatre coins du monde : Les liaisons avec les colonies étaient assurées officiellement par les PTT.

2 grandes stations et deux petites:
Une station continentale réservée aux communications européennes.
Une station transcontinentale réservée aux communications transocéaniques.
Une petite station à lampes assurant des relations avec Londres et Madrid.
Par la suite fut construit une station à ondes courtes.
Outre ces implantations situées sur le site de Sainte-Assise, Radio France disposait d'une station de réception située à Villecrenes près de Brie-Conte-Robert.
Le centre nerveux de l'activité était situé au Boulevard Haussmann à Paris, au siège de Radio France et de la SFR.

La station continentale
De style "Arts déco", ce bâtiment est classé et l'inscription Radio France est toujours présente au dessus de la porte d'entrée. La construction abritait la salle des machines , la salle des diesels de secours, l'atelier d'entretien, les magasins, une salle de contrôle, les locaux de repos pour le personnel et la salle des batteries d'accumulateurs.
La station continentale était équipée de 4 alternateurs haute fréquence de 25 kW antenne. La longueur d'onde d'émission pouvait varier de 8.600 m (35000 Hz) à 11 000 m (27000 Hz). Les alternateurs étaient entraînés par des moteurs à courant continu et la vitesse est réglée par un régulateur très précis, en fonction de la longueur d'onde désirée.
Un dispositif permettait de synchroniser les machines 2 à 2 pour travailler en parallèle pour obtenir 50 kW antenne.
L'antenne de type parapluie "à double cône à 2 nappes indépendantes", était supportée par un pylône haubané en treillis de 2 m de côté et de 250 m de hauteur. Chaque nappe peut-être alimentée par 1 ou 2 groupes alternateurs.
La prise de terre de la station continentale de Sainte-Assise était du type "à terres multiples équilibrées" et était constituée de 15 km de fil de cuivre enterré rayonnant en éventail sous toute l'antenne.

La station transcontinentale
Elle comportait la salle des émetteurs avec les groupes HF, une salle pour les groupes électrogènes de secours, les locaux d'entretien, une salle de veille et des bureaux.
Le bâtiment était construit sous l'antenne qui était en 2 parties et permettait soit une émission unique soit des émissions multiples suivant le couplage des émetteurs.
Cette station était équipée de 4 alternateurs hautes fréquences entraînés par des moteurs à courant continu (moteurs shunt) : 2 de 250 kW antenne (3000 t/min - 20,4 kHz) et 2 de 500 kW antenne (2500 t/min - 15 kHz).
L'alimentation électrique était assurée par le réseau et par des groupes diesels de secours : 2 groupes de 1800 CV (1100 kW) et 2 groupes de 90 CV (66 kW)
L'antenne de la station transcontinentale était de type en nappe constituée de 20 fils parallèles supportés par 16 pylônes métalliques haubanés de 250 m de haut et distants de 400 m. La surface couverte était impressionnante : 2,8 km de long sur 400 m de large soit 180 hectares.
La prise de terre était constituée de 80 km de fil de cuivre enterrée sous l'antenne et couvrant aussi une superficie de 180 ha.

La station à lampes
Elle servait pour pour la liaison Paris-Londres. L'émetteur à lampes travaillait sur des longueurs d'ondes comprises entre 2.000 et 6.000 m.

La station ondes courtes :
L'installation de la station ondes courtes fut lancée dès 1925. Elle présentait de nombreux avantage : une plus faible puissance nécessaire, une meilleure propagation et des antennes directives. A cela s'ajoutait l'impact économique : l'installation était très économique à la construction et à l'exploitation.
Le bâtiment comportait 2 émetteurs : 1 de 80 kW et 1 de 40 kW, les antennes du type Chireix-Mesny avec réflecteur. Les émetteurs ont été renouvelés en 1931

La guerre 40-45
En juin 1940, l'officier qui gardait la station de Sainte-Assise ne peut la faire sauter faute d'explosifs disponibles. Pendant l'occupation, la station sera utilisée pour les besoins de la Kriegsmarine, qui ne manquera pas de la faire sauter en août 1944. Les techniciens la remettent en marche dès septembre 1944.

La fin de la concession
Commercialement la reprise en 1945 est difficile, la capacité technique lui échappe de plus en plus et l'hostilité des PTT est permanente surtout que la concession était arrivée à échéance en 1942 et que Radio France l'exploitait à titre précaire.
En 1956 les biens et une partie du personnel de la Compagnie sont intégrés par les PTT.

La réserve naturelle régionale des bruyères de Sainte-Assise
La site est devenu une réserve naturelle, le terrain a été cédé par Orange à la région. On y trouve toujours, parsemés sur le site, d'anciens pylônes et feeders. Seules deux zones sont encore en activité pour les transmissions.

La zone militaire :
Ce terrain, acheté par la Marine nationale à France Télécom en 1991 et le Centre de transmissions marine (CTM) de Sainte-Assise a été inauguré en 1998. Il faut dire que depuis les années 50, la Marine utilisait les service des PTT à Sainte-Assise pour ses liaisons en VLF (elle était la dernière à utiliser cette gamme d'ondes).
Le terrain militaire est surveillé par une compagnie de fusiliers-marins : c'est l’un des cœurs de la transmission de la force nucléaire française, parmi les missions: communiquer avec les sous-marins français et transmettre un éventuel ordre d’attaque nucléaire ! Les mappes d'antennes ont plusieurs km de diamètre, supportées de hauts pylônes. Elles travaillent en basses fréquences afin de pénétrer dans l’eau afin que les sous-marins restent en communication avec Sainte-Assise même sous l'eau.

Le téléport :
Un autre petite partie du terrain a été cédée par France Télécom à sa filiale Globecast qui y a installé un téléport pour les liaisons vers les satellites. On y trouve de nombreuses antennes paraboliques autour du bâtiment ainsi qu'un pylône de 250 mètres pour les liaisons terrestres.

2 homonymes:
La Compagnies Radio France n'a rien a voir avec l'actuelle Radio France et la SFR était la Saciètè Française de Radiotéléphonie qui deviendra ensuite CSF pour finir dans le groupe Thomson.

 

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !

Autres articles pouvant vous intéresser..

Afrique
Ascension
Burundi
Canaries
Erythree
Ethiopie
Gabon
Libye
Madagascar
Maroc
Rwanda
Sahara
Amérique
Antigua
Argentine
Bonaire
Canada
Costa-Rica
Cuba
Equateur
Etats-Unis
Montserrat
Venezuela
Asie
Armenie
Chine
Guam
Japon
Kuwait
Palestine
Sri-Lanka
Europe
Albanie
Allemagne
Andorre
Belgique
Bielorussie
Bulgarie
Chypre
Danemark
Espagne
France
Grande-Bretagne
Grece
Hollande
Italie
Lituanie
Malte
Moldavie
Monaco
Pologne
Portugal
Roumanie
Russie
Slovaquie
Suisse
Tchequie
Vatican
Océanie
Australie
New-Zealand

Légendes des photos.

- Radio France à Sainte-Assise de nos jours
- La station intercontinentale
- La station continentale
- La station à lampes
- La station ondes courtes
- Selfs d'accord d'antennes
- La station de réception à Villecresnes
- Vue du chateau et des stations

RDV sur Facebook.

Pour être informé des nouveaux articles, cliquez sur le bouton "j'aime cette page", ci-dessous.

Merci à tous !

J'ai réalisé de nombreuses photos au cours de ma carrière, d'autres m'ont été fournies par les radiodiffuseurs ou d'anciens collègues, que je remercie.
A défaut de crédit de l'auteur d'une œuvre orpheline, les droits réservés sont d'application.
J'invite les auteurs concernées à me contacter par mail: michel chez fremy.be .
De ce fait je ne peux donner autorisation de reproduction.