Histoires de radio

France:
Emetteurs de Lille Camphin, de PTT Nord à France-Info.




En plus de 80 ans, jusqu'à la fin de la modulation d'amplitude, l'émetteur ondes moyennes de Lille à Camphin-en-Carembault en a vu défiler des propriétaires : PTT, RDF, RTF, ORTF et TDF.



Les balbutiements.

Une première initiative de radiodiffusion a eu lieu en 1925 à l'occasion de la foire de Lille par le radio-club de Lille sur 200 mètres avec un émetteur de fabrication maison qui ne dépassait pas 20 w. Comme peux de foyers étaient équipés de récepteurs, des haut-parleurs ont été installés dans la ville. L'expérience fut à nouveau tentée en décembre.

« Ici Radio PTT Nord à Lille »

Le 3 avril 1927, le président de la République, Gaston Doumergue, inaugure la nouvelle mairie et la foire commerciale de Lille. Radio PTT Nord a saisi l’occasion pour émettre pour la première fois son «Ici Radio PTT Nord à Lille» et débuter ses émissions régulières. La station a été créée par l'administration des PTT et occupait trois pièces sous les combles de l’hôtel des postes, place de la République. L'émetteur avait une puissance de 500W et diffusait sur 1045 Khz (287m.). Les programmes étaient réalisés par l'Association de Radiophonie du Nord. 25 juillet 1927 : l’ARN organise des concerts et des causeries depuis ses studios et son auditorium place Simon Vollant.

La naissance de l'émetteur de Camphin-en-Carembault

1929 : La première pierre du centre émetteur de Camphin-en-Carembault est posée le 28 juin . Le terrain a été acheté grâce à une subvention de la ville de Lille et des conseils généraux du Nord et du Pas-de-Calais.

1930 : Deux pylônes d'antenne autoportants de 100m de haut, payés par l'Association de Radiophonie du Nord sont construits ainsi qu'un bâtiment pour l'installation d'un émetteur de 12kw mais le ministre oublie ses promesses de subvention et les travaux sont arrêtes.

Une maison de la radio en location.

Le 3 novembre 1931 : la ville de Lille achète l'immeuble du 36, boulevard de la Liberté qu'elle loue à Radio PTT Nord jusqu’au moment où celle-ci aura les moyens de l’acheter.

Association Radiophonie du Nord passe à l'attaque.

En 1932 : suite à une pétition organisée par l'ARN, le ministre des PTT reprend l'initiative. Il faut dire qu'à l'époque l'Association Radiophonie du Nord représentait une force importante : son nombre d'adhérents est passé de 15 000 à 43 000 au cours de l'année 1932!

Comme pour se faire pardonner, le ministre fait aménager, à la place du bâtiment de 650m² vieux de 3 ans.. Un immeuble de 1 700 m² avec sous-sol, un rez-de-chaussée, une partie en entresol, un premier étage et une partie en deuxième étage. Le nouvel émetteur n'aura pas les 12kw promis mais 60kw et la possibilité de la porter à 120kw. C'est la Société Française Radioélectrique qui est chargée de la réalisation du projet. Notre ministre des PTT devient même visionnaire : il prévoyait l'installation à Camphin-en-Carembault des futurs émetteurs TV !
La bâtiment abrite non seulement les émetteurs mais également des appartements pour les six familles des techniciens du centre afin que les agents retent sur place.

Un câble est posé en souterrain de Lille à Camphin-en-Carembault pour assurer la liaison entre les studios et l'émetteur. Il comporte sept paires: trois pour la musique, deux pour les conversations de service entre studio et émetteur, deux enfin pour la télévision.. Et ce sans savoir très bien comment faire passer le signal TV de fréquence élevée sur une paire de fils en cuivre qui les atténue très fort ! Selon les PTT, il était d'une prudence élémentaire d'y prévoir la TV car le câble souterrain représentait une dépense de 600.000 francs.

1933 : Radio PTT Nord inaugure la première Maison de la Radio en France. Outre les bureaux et l'accueil au rez-de-chaussée, au second étage plusieurs studios sont installés: d’orchestre, de musique de chambre, de conférences, d’auditions théâtrales, d’annonces pour le speaker, chargé également du fonctionnement du pick-up, etc. On trouve également une une discothèque et une bibliothèque.

Grandeur et décadence

1935 : Début juillet, après avoir réalisé des essais sur 1456khz (206 m.), le nouvel émetteur commence ses essais de puissance avec 40kw sur 1456 Khz (247m.).

1939 : Le 29 juillet, toutes les stations gérées conjointement par le ministère des PTT et les représentants des auditeurs sont regroupées au sein de l’administration de la Radiodiffusion de France (RDF). A Radio PTT Nord, le conseil de gérance est supprimé, Radio PTT Nord est remplacée par Radio Lille. Progressivement, les programmes régionaux cèdent l’antenne à des émissions nationales mais Lille lance des émissions en polonais à l'attention des nombreux travailleurs immigrés.

1940 : De 16 mai, l'émetteur de Radio Paris II à Camphin diffuse pendant quinze jours les programmes de l'I.N.R. : la radio nationale belge s'y était repliée devant l'avance des nazis. Début juin, la bataille de Lille se termine, les techniciens de l'émetteur sabordent la station mais sauvent une partie du matériel, dont un émetteur de 50 w. qui sera caché quelques rues plus loin.

1942 : Le 28 février, Radio Lille émet à nouveau, relayant d’abord les programmes de Radio Paris, puis à partir du 9 novembre 1943 ceux de la radio nationale. Cependant, tous les lundis de 17 h. 15 à 19 h. 30, elle propose une émission récréative réalisée sur place.

1944 : Avant leur départ, les Allemands saccagent la station mais dès le 3 septembre «Radio-Lille libérée» est sur les ondes sur un périmètre très limité au moyen de l'émetteur de 50w sauvé par les techniciens lors de l’invasion.

1945 : La puissance de l’émetteur remonte à 1,5 kw. Le nombre et la durée des décrochages régionaux sont réduits à plusieurs reprises, suscitant la colère des auditeurs représentés par le puissante ARN.

1946, Un second émetteur de 20 kw est mis en service sur 1215khz (247 m.), l'ancien émetteur diffuse le programme parisien sur 1456khz (206 m.) mais les menaces de suppression des émissions régionales continuent.

1947 : Nouvelle augmentation de puissance sur 1215khz (247 m.), la puissance passe à 100 kw pour le programme national avec décrochages régionaux. C'est la reprise des émissions en polonais de 18h15 à 18h44 et la création d'une émission en flamand de 22h30 à 23h. L'autre émetteur, sur 1456khz (206 m.), diffuse Paris Inter.

1950 : Les émissions sont diffusée comme suit: 1070 Khz 2 kw Paris Inter. et 1277 Khz 100 kw Programme parisien (en conformité avec le plan de Copenhague) 1493 Khz 20 kw pour le programme national

1950 : Le projet d'émetteur TV à Camphin-en-Carembault est définitivement enterré : après avoir installé un émetteur provisoire au beffroi de Lille, la TV s'installe à Bouvigny près de Lens. La station comporte 2 émetteurs : un rayonnant vers Lille et l'autre vers Amiens.

1960 : La FM arrive à Lille mais Camphin-en-Carembault n'est pas retenu comme site d'émission.

1965 : 1376 Khz 218 m. diffuse Inter Variétés avec 150kw et le 1241khz (242 m.) France Culture avec 20kw

1969, L'émetteur utilise un grand pylône 200 m de haut et une tour auto-portante isolée de la terre. La nouvelle antenne du 1376 Khz (218 m.) est conçue pour augmenter le gain horizontale. C'est une antenne d'un nouveau type : appelée « onde entière à jupe », elle est alimentée à mi-hauteur et ne comporte aucun isolateur à la base, ni au milieu. L'émetteur est raccorder à des brins rayonnants, d'où le nom de « jupe ». Une première aussi, le réglage du rayonnement a été réalisé grâce à un hélicoptère équipé d'un mesureur de champs.

Après l'installation de cette nouvelle antenne, les 2 tours autoportantes construites par l'ARN en 1930 ont été démontées, une des base est encore visible, près à gauche de l'entrée de la propriété.

1974, la loi confie la communication audiovisuelle en région à FR3. Radio Lille, devient FR3 Nord-Picardie. Le centre devenu TDF diffusait sur 674 kHz (446 m.) - 1 kW - France Inter 1241khz (242 m.) - 20 kW - France Culture 1376 Khz (218 m.) - 300 kW - Inter Variétés. Lors de l'arrêt d'Inter-Variétés, France Culture récupèrera l'émetteur ondes moyennes de 300kw.

1980 : France Culture perd l'émetteur ondes moyennes au profit de la nouvelle chaîne Radio Bleue. Une radio décentralisée est lancée à Lille : Fréquence Nord, mais elle opte pour la FM.

1996 : Le 31 décembre, l'émetteur de France Inter sur 1071kHz 40kw est arrêté.

1997 : Les émissions en langue polonaise produites par Radio France International et diffusée de 18H30 à 19H00 sont supprimées.

1998 : L'espoir revient : des émissions-tests sont diffusées par l'ancien émetteur de France Inter sur 1071 kHz, l'émetteur de 40 kw est poussé au maximum et arrive à 65 kW. Il s'agissait de tests en vue de la location de l'émetteur à la TV privée belge néerlandophone VT4, mais au mois d'août les tests sont interrompus et le locataire renonce à son projet, non sans avoir réalisé d'autres tests via l'ancien émetteur du service européen de la BBC sur 1296 Khz

2000 : Suite de la fusion des radios locales de Radio France et de Radio Bleu qui donne naissance au réseau France Bleu, elle devient Radio Bleu Nord.

2002 : 1376 Khz (218 m.) - 300 kW diffuse France Info à partir du 2/9/2002 en remplacement de France Bleu.

2010 : Radio Chine Internationale aurait été en pourparler pour utiliser un émetteur pour ses émissions en Anglais à la place de l'émetteur RTL de Marnach dont l'avenir était compromis. Le projet est resté sans suite et lors de la confirmation de la fin des activités de l'émetteur de Marnach, RCI s'est désintéressée des ondes moyennes en Europe.

2015 : La nuit du 31 décembre sonne le glas sur Camphin-en-Carembault. Après plus de 80 années de service, le centre émetteur est muet : le dernier émetteur, qui diffusait France Info, est arrêté.

2016: Le centre n'a plus d'activité et il est pratiquement impossible que TDF lui trouve un locataire, toutes les tentatives ont été avortées. Le centre était situé au sud de Lille, en bordure de la ligne TGV Paris Lille et à proximité de l'autoroute du Nord. TDF, Rue Nationale D925, 59133 Camphin-en-Carembault. TDF assure qu'aucun plan de déconstruction n'est établi, l'émetteur est dans l'attente d'une éventuelle réafectation.

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !

Autres articles pouvant vous intéresser..

Afrique
Ascension
Burundi
Canaries
Erythree
Ethiopie
Gabon
Libye
Madagascar
Maroc
Rwanda
Sahara
Amérique
Antigua
Argentine
Bonaire
Canada
Costa-Rica
Cuba
Equateur
Etats-Unis
Montserrat
Venezuela
Asie
Armenie
Chine
Guam
Japon
Kuwait
Palestine
Sri-Lanka
Europe
Albanie
Allemagne
Andorre
Belgique
Bielorussie
Bulgarie
Chypre
Danemark
Espagne
France
Grande-Bretagne
Grece
Hollande
Italie
Lituanie
Malte
Moldavie
Monaco
Pologne
Portugal
Roumanie
Russie
Slovaquie
Suisse
Tchequie
Vatican
Océanie
Australie
New-Zealand

Légendes des photos.

- Arrière du bâtiment et pied du pylone
- Le site de TDF Camphin-en-Carembault
- Vue latérale du centre émetteur
- Montée du feeder et isolateur des brins
- Alimentation des brins à 10m de haut
- Isolateurs du second pylone
- Achitecture années 30: la carte du nord
- Une des bases des premiers pylones

RDV sur Facebook.

Pour être informé des nouveaux articles, cliquez sur le bouton "j'aime cette page", ci-dessous.

Merci à tous !

J'ai réalisé de nombreuses photos au cours de ma carrière, d'autres m'ont été fournies par les radiodiffuseurs ou d'anciens collègues, que je remercie.
A défaut de crédit de l'auteur d'une œuvre orpheline, les droits réservés sont d'application.
J'invite les auteurs concernées à me contacter par mail: michel chez fremy.be .
De ce fait je ne peux donner autorisation de reproduction.