Histoires de radio

Espagne:
Radio España Indepediente, estacion Pirenaica..




Radio España Indepediente, Estacion Pirenaica était le porte-parole du parti communiste espagnol et combattait, sur les ondes courte, le régime de Franco.



Naissance d'une radio clandestine.

Après l'invasion allemande, l'International Communiste (Komintern) avait pris l'initiative de proposer la création de nombreuses de stations diffusant vers les pays occupés par les nazis ou dirigés par des gouvernements collaborateurs,
Ces émissions non officielles (clandestines) étaient coordonnée par le Komintern (Internationale comuniste) dont le secrétaire général était le communiste italien, Palmiro Togliatti, qui a utilisé le nom de guerre de "Ercoli"
C'est dans ce cadre que Radio España Independiente a été fondée le 22 juillet 1941. Son premier directeur fut Dolores Ibarruri ( "Passion").

Les émissions débutaient en 1942 par l'annonce «  Aqui Radio España Indepediente, Estacion Pirenaica, la unica émissora espanola sin censura de Franco ». Elle utilisait les émetteurs du centre Radio PB-1 du Komintern à  Glumilino dans la proche banlieue d'Oufa, la capitale de la République de Bachkirie (U.R.S.S).

Le nom de "Estacion Pirenaica" a été utilisé pour éliminer le sentiment d'éloignement et cacher au peuple espagnol les attachements de la radio avec Moscou. Le nom se transforma très vite en «La Pirenaica».

La station radio d'Oufa.

Cette station d'Oufa était une station de réserve destinée à se substituer à la station de Moscou lorsque les Nazi se dirigeaient vers Moscou. Son existance était tenue secrête afin de ne pas avouer la peur de l'incursion des nazis. Officiellement le nom de "Oufa" ne fut jamais cité. Toute la litérature et les messages envoyés indiquaient "Moscou".

La station  se chargeait principalement du trafic des transmissions du Gouvernement, du Komintern, du KGB et des émissions de brouillage. L'activité radiocommunication disposait de six émetteurs à ondes courtes. La radiodiffusion disposait quant a elle de deux émetteurs à ondes courtes (20 kW non confirmé) et d'un puissant émetteur grandes ondes de 500 kW. Un un vaste réseau d'antennes permettait de toucher toutes les directions.

Cette station fit reparler d'elle dans les années 2000 : Après une longue bataille juridique entre la Bachkirie et la Radio Télévision de Moscou dont ils revendiquaient tous deux la propriété. Le centre vient d'être démoli pour permettre la construction du parc aquatique "Planet". La Radio Télévision de Moscou a été obligée de déménager dans l'autre ex-station du KGB de radiocommunication qui, à l'époque soviétique, était affectée aux radiocommunications et au brouillage des radios occidentales.

Déménagement en Roumanie.

Mais revenont à Radio España Indepediente. Le 5 Janvier 1955, les autorités décident de transférer les installations d'Oufa vers Bucarest. Cette décision était justifiée pour des raisons techniques : moindre distance de l'Espagne et émetteurs plus performants. Pour le personnel c'était l'espoir de jouir d'une plus grande indépendance.

La Roumanie, un pays de rêve : Les exilés espagnols était hébergés gratuitement, ils bénéficiaient d'un salaire et l'état roumain était aux petits soins pour eux, une voiture officielle avec chaufeur venait les chercher pour aller au travail !
Mais le rêve de l’État providence s'arrêtait là car c'était une prison dorée: ils étaient considérés, non comme des collaborateurs mais comme des imigrés d'un pays hostile.
Le régime socialiste roumain se mêlait de la politique de la station : Si les présentateurs et journalistes étaient des exilés espagnols, par contre, le personnel technique était constitués d'agents de la Securitate (Services secret et police politique). C'est la Securitate qui assurait le montage des émissions et vérifiait le contenu!
R.E.I. luttait contre la censure espagnole mais subissait la censure roumaine. Le secret était bien gardé et le régime de Franco n'a appris que bien plus tard la localisation de la station grâce à un rapport transmis par les Américains.
Les émissions étaient diffusées 16 heures par jours et 24h/24 lors d'événements importants.

En 1960, la puissance d'émission a été augmentée et la station diffusait sur d'avantages de fréquences afin d'améliorer la couverture et faire face aux interférences provoquées par les autorités franquistes au moyen de ses propres émetteurs et d'autres, comme ceux de Radio Liberty à Pals, qui étaient mis à disposition par les États-Unis.

Les installations en Roumanie
Gardé secret et même inconnu du personel des studios, les émetteurs étaient situés dans la foret de Buftea à 15 kilométres au nord-est de Bucareste. Les stusios étaient  installé dans une villa .Aleea Vulpache au centre ville de Bucarest où habitait la haute société roumaine.

Mort de Franco et de Radio España Indepediente.
Après la mort de Franco, la "Pirenaica" émet son dernier programme, le 14 Juillet 1977, son directeur, Ramon Mendezona (alias Pedro Aldamiz) fait ses adieux aux auditeurs après 35 ans d'émissions clandestines et bravant la censure du régime de Franco malgré les bruits diffusés par les stations de brouillage mis en place en Espagne.

Recyclage de REI en station grèque et portugaise!
De son côté, Bucarest à récupérer les installations pour y lancer une station similaire pour aider la résistance Grecque contre le régime des colonels ainsi qu'une station pour combattre le régime Salazar au Portugal..  mais ça c'est une autre histoire !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !

Autres articles pouvant vous intéresser..

Afrique
Ascension
Burundi
Canaries
Erythree
Ethiopie
Gabon
Libye
Madagascar
Maroc
Rwanda
Sahara
Amérique
Antigua
Argentine
Bonaire
Canada
Costa-Rica
Cuba
Equateur
Etats-Unis
Montserrat
Venezuela
Asie
Armenie
Chine
Guam
Japon
Kuwait
Palestine
Sri-Lanka
Europe
Albanie
Allemagne
Andorre
Belgique
Bielorussie
Bulgarie
Chypre
Danemark
Espagne
France
Grande-Bretagne
Grece
Hollande
Italie
Lituanie
Malte
Moldavie
Monaco
Pologne
Portugal
Roumanie
Russie
Slovaquie
Suisse
Tchequie
Vatican
Océanie
Australie
New-Zealand

Légendes des photos.

- Le centre émetteur d'Oufa, utilisé par R.E.I.
- Pupitre de contrôle des émetteurs
- Carte QSL de Radio España Indepediente, la « Pirenaica »
- Bassin de refroidissement des émetteurs
- Emetteurs ondes courtes de communication et brouillage
- Un des pylones, ça, c'était avant
- Un des pylones, ça, c'est après !
- Station de brouillage de l'armée espagnole

RDV sur Facebook.

Pour être informé des nouveaux articles, cliquez sur le bouton "j'aime cette page", ci-dessous.

Merci à tous !

J'ai réalisé de nombreuses photos au cours de ma carrière, d'autres m'ont été fournies par les radiodiffuseurs ou d'anciens collègues, que je remercie.
A défaut de crédit de l'auteur d'une œuvre orpheline, les droits réservés sont d'application.
J'invite les auteurs concernées à me contacter par mail: michel chez fremy.be .
De ce fait je ne peux donner autorisation de reproduction.