Histoires de radio

Equateur:
HCJB La Voix des Andes emblématique de Quito




La célèbre station mondiale La Voix de Andes est toujours sur les ondes courtes bien qu'elle ne possède plus de centre émetteur en Équateur, celui-ci a été démonté et reconstruit en Australie.



1929, les docteurs Clarence W. Jones et Reuben E. Larson souhaitent créer une station de radio pour prêcher la bonne parole. L'année suivante, les deux hommes se rendent en Équateur pour entamer des négociation avec le Gouvernement. Le Dr. Larson connaît très bien le pays pour y avoir travaillé. Ses relations lui permettent d'obtenir une licence alors que la loi l'interdisait : Un décret spécial du Président sera signé et validé par le Congrès.

1931, les deux hommes créent, dans l'état de l'Ohio aux États-Unis, une association sans but lucratif : WRMF « The World Radio Missionary Fellowship Inc. ». C'est cette association qui administrera HCJB et ses autres activités. Pendant ce temps, à Quito, un émetteur de 250 w est installé et pendant la nuit de Noël 1931, une nouvelle station est née, c'est « La Voix de Andes ».

1934, il ne suffit pas d'avoir un émetteur, il faut des auditeurs et en Équateur, peux d'habitants disposent d'une radio. Une division de WRMF est créée : « The Radio Circle ». Son but, fabriquer et distribuer des récepteurs radio calés sur les fréquences d'HCJB !

1935, Un nouvel émetteur RCA est mis en service dans la bandes des ondes tropicales pour servir l’Équateur et les pays voisins.

1937, En plus des émissions en espagnol, HCJB diffuse des émissions en anglais.

1938, Outre ses propres productions, HCJB diffuse des programmes produits par d'autre églises.

1939, suite au développement, HCJB déménage ses installations au nord de Quito.

1940, un émetteur de 10 kW ondes courtes est mis en service et inauguré par le Président Équatorien.

1941, disposant maintenant d'un émetteur pouvant couvrir tous les continents, HCJB multiplie les langues de diffusion.

1942, un bureau est ouvert à New-York.

1943, HCJB diffuse en 9 langues

1945, HCJB dispose de 5 émetteurs.

1947, « The Bible Institute of the Air » voit le jour, c'est une école de la bible par correspondance.

1948, une première initiative dans le domaine de la santé : HCJB veut créer l'hôpital Rimmer Memorial Hospital à Quito. Le Gouvernement équatorien prolonge le contrat jusqu'en 1980 et décore HCJB de l'Ordre National du Mérite.

1953, la station termine l'installation de 6 nouveaux émetteurs à Pifo. Au même moment, HCJB se décentralise : Avec la Mission pour l'Amérique latine, une station radio en ondes moyennes est mise en service à Panama City .

1955, la station se lance dans le projet de construction d'un campus regroupant dans plusieurs bâtiment les studios de la station « La Voix des Andes », la fabrique de récepteurs radio « The Radio Circle » et le siège de ses autres activités caritatives : hôpitaux églises et école d'infirmière.

1956, La voix de Andes diffuse en espagnol, anglais, russe, allemand, suédois et quechua (le dialecte local de l’équateur). Des émissions en français, ukrainien et portugais sont également diffusées mais elles sont produites par d'autres églises et envoyées sur bandes magnétiques. Les émissions sont diffusées 24h/ 24 6 jours par semaine.Deux émetteurs de 25 kW pouvant être couplés entre en activité.

1957, La Voix des Andes dispose de :

  • En ondes courtes de 1 émetteur 50 kW, 1 de 10 kW et 3 de 1kW.
  • En 1 émetteur ondes tropicales de 1kW.
  • En FM, des émetteurs de 25 W. pour les liaisons, un émetteur à 3 canaux pour la modulation et les communication entre l'émetteur de Pifo et les studios de Quito.

1959, HCJB lance la télévision en Équateur et devient la première chaîne de télévision missionnaire.

1963,  HCJB assume l' entière responsabilité de la station de radio ondes moyennes HOXO au Panama. et un émetteur de 50 kW vient renforcer le park.

1964, début des émissions en japonais.

1968, 3 émetteurs RCA de 50 et 100kW viennet remplacer les plus anciens émetteur de 1 kW

1970, Un nouvel émetteur de 50 kW est installé

1972, HCJB obtient une licence pour une station de radio FM, HCJB-2 à Guayaquil.

1974, HCJB-FM diffuse sur Quito depuis un centre émetteur dans la montagne à Pichincha sur 89,3 MHz.

1975, HCJB transmet son premier programme de satellite. Trente stations radiodiffusion retransmettent les programmes HCJB dans toute l' Amérique latine.

1978, HCJB commence à diffuser en FM aux états-unis via la station de KVMV à McAllen au Texas. C'est la première étape du développement du réseau « World Radio Network, Inc. » regroupant les radio évangélistes du Mexique et aux États-Unis. C'est aussi l'année ou 2 émetteurs de 10 kW entrent en action.

1979, Le réseau d'antennes du centre émetteur de Pifo est complété par une antenne orientable conçue pour une puissance de 500kW et l'année suivante, un nouvel émetteur de 500 kW vient renforcer le parc ondes courtes.

1983, un émetteur de HCJB FM est installé à Esmeraldas sur 93,3 MHz.

1986, un Centre technique est installé à Elkhart dans l'Indiana. Son but est d'aider les stations qui retransmettent des programmes HCJB à travers le monde. Ce sera la nouvelle politique de HCJB : limiter son rôle de diffuseur en s'associant avec d'autres radios soit pour diffuser certains programmes soit pour servir de centre relais. Pifo est doté d'un émetteur Harris de 100 kW

1992, HCJB se lance dans un programme de modernisation étalé sur 6 ans, au cours desquels 4 émetteurs de 100 kW seront installés.

1992, HCJB lance sa stratégie de multiplier les partenaires et d'équiper les radios chrétiennes locales en association avec HCJB Engineering Center.

1994, HCJB s'engage une régionalisation dans les différents continents afin d'être plus efficace à moindre coût. HCJB va même jusqu'à s'associer avec Trans World Radio pour la diffusion par satellite en Amérique latine.

1998 Les programmes en arabe et en russe quittent l'émetteur de Pifo pour être diffusé depuis Woofferton au Royaume-Uni au moyen des anciens émetteurs de la B.B.C. rachetés par Merlin Communications.

2000 HCJB démarre son service par satellite pour ses émissions en russe en association avec le Pacte Église évangélique, sous le nom de Radio Nouvelle Vie.

2001, c'est le service par satellite pour l' Afrique du Nord commence à transmettre des programmes en arabe directement à votre public par satellite.

2002 La région Asie - Pacifique est couverte mais les émissions en provenance de Quito sont reçues dans de mauvaises conditions. HCJB demande à l'Australie, l'autorisation d'implanter un centre émetteur.

2003 HCJB Australie commence à diffuser sur les ondes courtes en Asie du Sud depuis Kananurra en Australie Occidentale.

2009  Anticipant l'ouverture du nouvel aéroport de Quito près du site de la station dans Pifo, les membres du personnel démantèlent tous les équipements ondes courtes pour les expédier en Australie

2010 suite à la fermeture de Pifo les émissions en quichua (langue locale) HCJB-2, passe entre les mains des partenaires locaux et s'installe à Guayaquil ( la plus grande ville de l' Équateur).

2010, la stratégie, commencée dans les années 1990, de réduire l'accent mis sur les ondes courtes en Amérique latine est concrétisée.

Les activités de HCJB se concentrent sur l'aide aux églises locales pour créer des radio chrétienne : assistance technique et formation du personnel. Des centaines de stations locales ont été aidées dans à travers le monde, dans un premier temps en Amérique latine, ensuite en Afrique.

Le système de distribution des programme est surtout axé vers les satellites, internet et le podcasting. A cela vient s'ajouter les rediffusions par des stations locales dont l'habillage des programmes est réalisé sur place afin d'être mieux adaptés à la communauté desservie.

2012, retour des ondes courtes en Amérique latine avec l'aide d'un partenaire local: HCJB et Ethnique Radio International lancent un émetteur ondes tropicales à Chazuta au Pérou pour couvrir le nord du Pérou en huit langues et envisage de 7 langues supplémentaires.  Un émetteur à Llata au nord Pérou est également à l'étude.De son côté HCJB-FM à Quito revoit sa stratégie pour atteindre un public plus jeune avec des émissions en grande partie non confessionnelles.

2014, HCJB prend un nouveau nom pour sa mission et crée un nouveau logo : « Reach Beyond » Il faut dire qu'HCJB n'avait plus aucun sens vu que c'était son ancien indicatif radio, lorsqu'elle diffusait depuis Pifo !
HCJB a reçu plus de 70.000 adeptes sur Facebook.

2016 Outre les émissions en ondes courtes depuis l'Australie, HCJB loue des tranches horaires sur le station de Media Broadcast à Nauen en République Fédérale d’Allemagne.

Par ailleurs, le centre émetteur de Kananurra au nord-ouest de l'Australie vient de mettre en service un troisième émetteur ondes courtes HC100 venu de Pifo après avoir été restauré au centre technique HCJB d'Elkhart aux USA.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !

Autres articles pouvant vous intéresser..

Afrique
Ascension
Burundi
Canaries
Erythree
Ethiopie
Gabon
Libye
Madagascar
Maroc
Rwanda
Sahara
Amérique
Antigua
Argentine
Bonaire
Canada
Costa-Rica
Cuba
Equateur
Etats-Unis
Montserrat
Venezuela
Asie
Armenie
Chine
Guam
Japon
Kuwait
Palestine
Sri-Lanka
Europe
Albanie
Allemagne
Andorre
Belgique
Bielorussie
Bulgarie
Chypre
Danemark
Espagne
France
Grande-Bretagne
Grece
Hollande
Italie
Lituanie
Malte
Moldavie
Monaco
Pologne
Portugal
Roumanie
Russie
Slovaquie
Suisse
Tchequie
Vatican
Océanie
Australie
New-Zealand

Légendes des photos.

- Au coeur des Andes, le centre émetteur de Pifo
- Antenne ondes courtes
- Vue vers Quito et la montagne
- La campus HCJB à Quito
- Démontage des antennes rideaux à Pifo
- Souvenir de pifo: le pupitre de commande des antennes
- Antenne parabolique à Quito
-

RDV sur Facebook.

Pour être informé des nouveaux articles, cliquez sur le bouton "j'aime cette page", ci-dessous.

Merci à tous !

J'ai réalisé de nombreuses photos au cours de ma carrière, d'autres m'ont été fournies par les radiodiffuseurs ou d'anciens collègues, que je remercie.
A défaut de crédit de l'auteur d'une œuvre orpheline, les droits réservés sont d'application.
J'invite les auteurs concernées à me contacter par mail: michel chez fremy.be .
De ce fait je ne peux donner autorisation de reproduction.